image_pdfimage_print

Wearable est dérivé de l’anglais « to wear » = porter en français et constitue un raccourci de « wearable device » qui désigne les technologies ou outils portables.

Pour faire court, les wearable devices correspondent à ce que nous appelons désormais les objets connectés.

On parle aussi de l’IOT, le nouvel univers technologique et commercial de l’internet des objets, en anglais Internet Of Things, marché au potentiel difficile à cerner tant il va révolutionner tous les pans de notre société et de notre manière de vivre, et, évidemment, de consommer.

 

Notre smartphone est un objet connecté. Il avait, à l’origine, déjà la fonction de communiquer avec son ancêtre le téléphone portable. Aujourd’hui, il est connecté au web. Les applications que comportent votre smartphone permettent de mettre en lien des programmes distants en relation avec votre smartphone et toute la mine d’informations qu’il contient : coordonnées gps à un instant « t », contacts, adresse, âge, habitudes de consommation, …

 

Ce qui est particulièrement remarquable concerne des objets non communicants par essence tels qu’un frigidaire, un ballon de foot ou une brosse à dents qui se voient enrichis d’un système de communication.

Vous pourrez interfacer votre liste de courses commandées sur, évidemment, un site d’achat en ligne avec le contenu de votre frigidaire en temps réel.

Vous qui vendez des biens de consommation ou industriels, ce ne sont plus les qualités intrinsèques du bien qui seront déterminantes pour vous différencier dans les années qui viennent, mais plus votre capacité à inscrire ces objets dans un écosystème de communication intelligent permettant d’atteindre des objectifs tels que : plus de sécurité, des économies d’énergie, une ergonomie individualisée, une meilleure santé, …

Votre frigidaire devient alors une zone logistique réfrigérée capable de vous garantir la fourniture de denrées sûres et adaptées à la composition du foyer et aux régimes alimentaires suivis.

Selon le cabinet IDC, la planète devrait compter quelques 32 milliards d’objets connectés à l’horizon 2020.

Il est probable que d’ici là, votre agence Orange ou SFR sera devenue un supermarché d’objets connectés, plus qu’un lieu de mise en place d’accès internet ou d’abonnement téléphonique !

Des prestataires développent des compétences particulières dans ces domaines :

  • Le groupe Gartner qui fournit des études sur l’évolution des wearable, et surtout des projections pour les années qui viennent : http://www.gartner.com
  • Le moteur de recherche d’objets connectés SHODAN https://www.shodan.io/ , qui permet de travailler sur la sécurité logique de ces objets. Le créateur de ce site a ainsi repéré qu’il était possible de trouver et se connecter à un système informatique gérant un barrage hydroélectrique en France.
  • Le magazine en ligne http://www.objetconnecte.net/ qui vous donnera une idée de l’étendue des applications.

 

Les objets connectés ou wearable, une nouvelle réplique du séisme internet ?
Certainement.
Pour le meilleur et pour le pire

 

Auteur: Philippe BOYADJIS