image_pdfimage_print

Créativité. Voilà un mot qui fait rêver.
Compagnon de chaque jour pour certains, graal inaccessible pour d’autres, mais le plus souvent, rencontre d’un instant, qui nous donne le sourire et nous aide à avancer. Alors qu’est-ce donc que cette créativité ? D’où vient-elle ? Peut-on la maîtriser ? Ou peut-être, pour vraiment la connaître, faut-il seulement la laisser s’exprimer ?

 

Lâcher prise pour libérer notre potentiel inconscient

 Etre créatif, ça ne se décide pas en claquant des doigts, ou bien oui, peut-être, mais à condition qu’après les avoir claqué, on fasse le vide dans nos pensées. Car être créatif, c’est laisser s’exprimer tout ce que notre inconscient a assimilé, analysé et transformé de lui-même, mais qui restait enfoui dans notre tête à cause de notre incapacité à lâcher prise, à cause de notre volonté de tout intellectualiser.

Ce neuf, ce nouveau, se trouve dans la libération de cet inconscient, dans un moment de non-pensée. Les peintres en font l’expérience à chacune de leurs œuvres, et nous en faisons tous l’expérience à chacune de nos créations : ce moment où l’idée, la forme ou la couleur apparait devant nous, sans presque aucune volonté de notre part, tout droit sorti du vide.

Alors il faut faire le vide, et comment faire le vide ?
Parfois cela vient tout seul, sous la pression, une inspiration soudaine, mais la plupart du temps, c’est à nous de créer les conditions propices à la créativité, il appartient à chacun de trouver sa propre technique. Musique, relaxation, méditation, pour être en mesure de créer, il ne faut pas forcer il faut se détendre, il faut lâcher prise.

 

Nourrir l’inconscient

Mais si on peut favoriser l’apparition de l’état créatif, il est également indispensable de le cultiver, d’effectuer un travail de fond, car pour que l’inconscient ait des choses à exprimer il faut d’abord le nourrir, lui donner de la matière à absorber, à intégrer. Et pour cela il ne faut pas se limiter, il faut s’ouvrir : sortir, se balader, découvrir des endroits inconnus, accorder de l’attention à des choses que l’on ignore habituellement, déambuler sans objectifs, s’arrêter sur un banc, observer, se laisser aller à la contemplation.
C’est en effectuant cet «effort » régulier que l’on acquerra progressivement un potentiel inconscient susceptible de se libérer en créativité le moment venu.

 creativite

S’émanciper des codes, se détacher de ce qui plait

Etre créatif, c’est s’émanciper des codes, des concepts établis, c’est être capable de regarder entre les lignes déjà écrites et de voir qu’il y a encore beaucoup à dire, beaucoup à partager. A l’inverse, il est difficile d’être créatif en suivant les tendances, en ne remettant rien en question et en se contentant de prendre pour modèle des formes à succès. Car justement, succès et créativité vont rarement ensemble.
On se complait dans le succès, on s’y enfonce comme dans un fauteuil bien moelleux, et on se laisse aller, non pas au lâcher-prise, mais à la flemmardise, alors que la créativité, elle, est une chaise dure et bancale, sur laquelle on ne cesse jamais de se débattre, de s’agiter, sans jamais trouver la bonne position, et c’est justement de cet inconfort que viendra l’inspiration.

 

Etre créatif, c’est améliorer la réalité

Et maintenant, qu’est-ce qu’être créatif ? Comment sait-on que l’on est créatif ?
Est-ce la capacité de rendre beau quelque chose de laid, de rendre utile un objet délaissé, de voir une possibilité là où il n’y avait rien ?
C’est finalement un peu tout cela, car créer, c’est améliorer la réalité, c’est remodeler l’ancienne pour en créer une nouvelle, plus belle, plus intense, plus excitante. Créer, c’est innover, c’est changer, c’est rendre perceptible une facette de ce monde qui ne l’était pas.
Créer, c’est un processus chimique, c’est jouer le rôle de catalyseur, de transmetteur, c’est faire passer la matière à travers notre être et lui donner un peu de notre couleur.

 idee

 

Auteur: Lucas BOYADJIS